La voiture, mode de représentation sociale ?

Les hommes sont particulièrement attachés à leur voiture, si l’on en croit la psychanalyse, la voiture est une projection de leur ego, de la façon dont ils voudraient être perçus par les autres. La publicité ne s’y trompe pas et présente généralement les voitures sous l’angle sportif, sur l’envie et la jalousie que cela peut procurer chez les autres. La voiture est présentée comme un symbole de virilité, de reconnaissance sociale, plus ta voiture est grande et chère et plus tu es un homme « enviable ». Si si la voiture reste bien souvent le dernier signe extérieur de richesse facilement identifiable.

Hélas, pour se conformer à ce modèle social, beaucoup d’hommes vont s’endetter au-delà du raisonnable pour leur voiture. Par exemple, un de mes copropriétaires roule dans la dernière BMW mais il ne peut s’acquitter en temps et en heure des charges de copropriété. Le remboursement de sa voiture fonctionne une grande partie de son budget et je ne l’ai jamais vu encore partir en vacances. Nous sommes trois dans cette copropriété, je possède une vieille Nissan et mon autre copropriétaire une Citroen berlingo qu’il a acheté quelques milliers d’euros lorsque sa famille s’est agrandie. C’est donc nous, avec nos voitures minables dixit le propriétaire de la BMW, qui devons avancer les frais et les charges de la copropriété.

Nous avons essayé d’en discuter avec le propriétaire du bolide mais il ne voit pas le rapport entre ses difficultés financières et le faite qu’il change de voiture tous les trois ans pour le dernier modèle, perdant chaque fois au minimum 10 000 €. J’en suis arrivé à l’idée horrible que c’est sa voiture qui le contrôle, il sacrifie ses loisirs, ses vacances à celle-ci afin de pouvoir parader quelques heures par semaine dans son bolide, se donnant sûrement l’illusion d’être une autre personne qu’il n’est pas.

La voiture est le symbole de notre société de consommation : on n’en achète une pour en changer en moyenne tous les trois ans alors qu’elle fonctionne toujours très bien. En trois ans, il n’y a pas eu de progrès technologiques suffisantes pour justifier rationnellement le changement de modèle. Mais les voitures ne sont pas vendues comme objet utilitaire, se déplacer d’un point A vers un point B, mais comme le dernier marqueur social visible de la richesse. Des études de sociologues américains ont ainsi montré que si une personne change de voiture pour un modèle récent, la probabilité que ses voisins directs changent aussi de voiture est triplée par rapport à des personnes vivant plus loin. Le mimétisme et la jalousie sont de puissants moteurs de consommation…

 

La voiture, mode de représentation sociale ?
3 (60%) 2 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *